Accueil 9 Journal 9 Articles du monde 9 Le numérique, source de problèmes

Le numérique, source de problèmes

13 Mai 2020

Avec l’arrivée du Covid-19 et la mise en place de mesures de confinement, notre vie sociale, plus que jamais, se déroule au travers des écrans. Il ne s’agit pas ici d’énumérer les points positifs que l’on accorde au numérique. Nous savons toustes, notamment dans le militantisme, la recherche, l’art, ou la culture (liste non exhaustive) qu’il est aujourd’hui un outil pratique et accessible au plus grand nombre. D’ailleurs cet article n’aurait pu se faire sans l’aide d’internet et de mon ordinateur. Néanmoins il existe des dérives qu’il serait dangereux d’ignorer et que nous nous devons de prendre en considération.

La religion du progrès nous fait parfois oublier les conséquences néfastes qu’ont nos outils électroniques sur nous mêmes et sur l’environnement. Chacun-e de nous possède un ou plusieurs écrans chez lui : une télévision, un ordinateur, un smartphone, une console de jeu… et le temps que nous leur consacrons est astronomique. Entre autres chiffres choc on estime par exemple l’usage moyen d’un-e lycéen-ne à 2400 heures d’écrans par an, ce qui représente environ 2,5 années scolaires. On en passe du temps derrière un écran… Il y a quelque chose de presque hypnotique, on est sans cesse sollicité-es par une notification, un nouveau post, une story, un like. Il y a toujours quelque chose à voir ou à faire. Et qui ne s’est jamais perdu sur internet pendant 20, 30 ou 40 minutes, avant de se rendre compte qu’iel s’était juste connecté-e pour envoyer un mail ?

Des montagnes de données s’accumulent lorsque nous partageons des vidéos, téléchargeons des musiques, ou achetons des produits sur Amazon. Ces données sont conservées dans ce qu’on appelle des data centers, de gigantesques serveurs de stockage fonctionnant 24 heures sur 24 et situés un peu partout dans le monde. On estime que la consommation d’électricité en 1 journée d’un data center équivaut, pour les plus importants d’entre eux, à celle d’une ville de 30 000 habitants. En terme de dépense électrique les data center représenterait aujourd’hui 4% de la consommation mondiale, et si l’on considère le numérique dans son ensemble on arrive au chiffre de 10 à 15 % de l’électricité mondiale.

Autre point sensible. La fabrication d’un outil électronique nécessite, entre autres, des terres rares : matières minérales essentielles à sa conception. Problème : l’extraction et le traitement de ces terres rares produit des déchets toxiques et engendre une forte pollution. Ceci étant favorisé par une surconsommation d’objets connectés engendrée pour l’écrasante majorité par notre société occidentale. D’après une étude menée par l’INSEE sur les impacts environnementaux du numérique, 17 % de la population française détenait un smartphone en 2011. Chiffre qui est passé à 75 % en 2018. Autre fait inquiétant : selon cette même étude le taux de recyclage global des métaux des téléphones portables est très faible, de l’ordre de 18 %… à ajouter à cela que l’écrasante majorité de ceux que nous achetons sont neufs et qu’on sait que « 90 % des gaz à effet de serre (GES) associés à un smartphone proviennent de la phase de fabrication ». Plus la demande augmente, plus l’offre fait de même, et plus la pollution s’accroît. Il est grand temps de stopper cette frénésie consumériste non essentielle à notre survie et à notre épanouissement ! Et Même si les émissions engendrées par le numérique (qui en 2017 comptabilisaient 3,7 % des émissions de GES mondiale) sont relativement peu élevées en comparaison à d’autres domaines, le développement exponentiel de son usage devrait sérieusement nous questionner pour l’avenir.

L’INSEE conclue dans son rapport que « la miniaturisation des équipements et l’invisibilité des infrastructures accentuent le côté « imperceptible » du numérique. La réduction de l’impact environnemental du numérique passe ainsi d’abord par un changement de perception et de comportements. »

Encore une fois on a l’impression qu’il est demandé au/à la consommateur-ice seul-e de changer ses habitudes, solution qui a ses limites. Peut être est-il sous entendu que le « changement de perception et de comportement » devrait être amené par l’éducation, la mise en place de lois et/ou de campagnes de sensibilisation, c’est à dire par l’action du monde politique ? Pas clair… Mais il serait bon que nos dirigeant-es se tournent dès à présent vers ces problématiques.

Du côté de la santé ce n’est pas mieux, et c’est même assez inquiétant. D’après de nombreuses études, que met en synthèse le livre « La fabrique du crétin digital » de Michel Desmurget, le lien entre problèmes de santé et écrans est désormais solidement établi. Dans le chapitre 7 intitulé « Santé : une agression silencieuse » l’auteur démontre que les écrans ont un impact direct sur le sommeil (avec des conséquences physique, émotionnelles et intellectuelles), sur la sédentarité et le manque d’activité physique (facteur d’obésité, de condition physique et de santé altérée…) mais aussi sur l’influence que des contenus à risques ont sur notre prise de décision dans la manière dont nous vivons (initiation au tabagisme, aux pratiques sexuelles sans protection, aux drogues, à l’alcoolisme, à la violence…).

D’autre part il ne faudrait pas oublier qui a la main mise sur l’écrasante majorité de ces outils : les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft). On pourrait presque qualifier cela de de colonialisme numérique tant ces géants occidentaux ont une influence décisive et jouent un rôle stratégique dans la géopolitique et les relations internationales. Des d’entreprises privées par ailleurs critiquées au sujet de leurs abus en terme de données collectées, de vie privée, de fraude fiscale, de précarisation de l’emploi, de censure… En sachant tout cela, il est possible de favoriser des moteurs de recherche plus propres et solidaires, comme Lilo, Ecosia ou Ekoru, mais surtout d’essayer de réduire notre dépendance à ces monstres du monde technologique. Malgré tout le mieux reste encore de réduire au maximum notre consommation.

Le numérique est par ailleurs un formidable outil de contrôle pour l’État. La pandémie de coronavirus est ainsi devenue le prétexte utilisé par de nombreux pays pour tester leurs nouveaux joujoux sécuritaires (y compris en France). À lire, le livre autobiographique « Mémoires vives » écrit par le lanceur d’alerte Edward Snowden, qui retrace l’histoire de la mise en place de programmes de surveillances de masse par las agences de la NSA et de la CIA. Autre conseil de lecture, l’indémodable « 1984 » écrit par George Orwell, une dystopie mettant en scène une société totalitaire se servant du numérique pour asseoir un contrôle total sur la population.

Ainsi, après la crise sanitaire que nous traversons, utilisons le numérique de manière plus raisonnable, en limitant notre usage. Cela peut se faire progressivement. Mais lorsque nous y arriverons nous n’en serons que plus éclairés. Le temps que nous passons sur les écrans libéré, tout un tas d’activités s’offrent à nous. Retrouvons notre lien avec le vivant, jouons avec nos frères, nos soeurs, retrouvons nos amis, écrivons, peignons, jouons de la musique ou bien engageons-nous dans une association, une ONG pour soutenir activement une cause ! Et bien sûr reconsidérons la lecture. Rendons-la disponible partout ! A l’image de ces initiatives de librairies partagées qui fleurissent dans nos quartiers. Le livre, quel que soit son genre, est une ressource indispensable pour construire un esprit critique, que ce soit au travers d’un roman, d’une poésie, d’un manifeste ou d’une étude.

Et si vous ne savez pas par où commencer je souhaiterais mettre en lumière une initiative prise par des membres de Youth For Climate de lancer une bibliothèque sur discord, où vous trouverez toutes sortes de références pour vous enrichir et enrichir les autres !

Sources :

  1. statistiques du numérique, INSEE environnement

Le Temps Presse – Youth for Climate France

Youth for Climate France est le mouvement de la jeunesse et des étudiants engagés pour le climat. Depuis début 2019, nous rassemblons les différents groupes locaux en France qui répondent au mouvement “Fridays for Future”, lancé à l’appel de Greta Thunberg.