Récapitulatif 13 mars

12 Avr 2020

Aujourd’hui Le temps presse vous propose de revenir ensemble, en images et à travers les voix de YFC, sur le 13 mars, dans toute la France.

Beaucoup de groupes locaux se sont rassemblés dans la rue pour marcher et crier leurs revendications, voir plus encore.

“Encore une fois nous sommes dans la rue. Encore une fois nous crions l’urgence climatique et l’effondrement de la biodiversité. Encore une fois nous séchons nos cours parce que la situation est affolante. Et cela fait un an, un an à présent que nous sommes ici, un an que nous luttons”. C’est sur ces mots que débute la marche de Lyon, 800 personnes réunies pour défendre leurs valeurs antifasciste, anticapitaliste, décoloniale, féministe et LGBTQIA+ friendly. Avant la marche, différentes actions ont été menées : un blocage au campus de l’université Lyon 2 Bron et des actions de sensibilisation dans les lycées. Tao du Lycée Saint-Exupéry nous raconte sa matinée : lui et d’autres du mouvement ont d’abord tracté à l’entrée de leur lycée puis ont organisé un atelier pancarte et sont passé·es dans les classes. C’est tou·tes ensemble qu’iels ont ensuite rejoint le lieu de départ de la manifestation.

À Avignon, la marche a pris la forme d’une balade pour les 80 personnes présentes dans la rue. Matthias, Laurie et Margaux nous parlent de la bonne ambiance provençale et communicative qui y régnait. Iels n’étaient pas forcément nombreu·x·ses mais les plus motivé·es étaient au rendez-vous. Cela a permis de faire un die in sur les marches de la mairie avant de continuer la marche. Malgré quelques problèmes avec la police rue de la république, tout s’est terminé dans le calme.

Un tour par le “temple de la consommation à Saint-Nazaire”, un passage par une galerie marchande et des mots d’espoir une fois la marche terminée, face à la mairie : c’est comme ça qu’Hadrien, élève de Terminale à Saint-Nazaire, nous résume la mobilisation du 13 mars. Nos jeunes militant·e·s, après un long mois de préparation, ont donc pu manifester une nouvelle fois, en affirmant les valeurs anticapitalistes de notre mouvement, notamment à travers un discours prononcé… la marche. Finalement, Hadrien semble satisfait du travail effectué, comme il le résume : “On a eu une superbe ambiance pour l’organisation, tout le monde s’amusait lors des ateliers banderoles. Tout le monde était content du résultat. Bref, une marche bien organisée.”

Dans la capitale de l’Isère qu’est Grenoble la mobilisation fut différente que tout ce qu’avaient pu imaginer les organisateurices. L’idée première était une grande marche inter-organisations en présence de Greta Thunberg, mais suite à des problèmes familiaux sa venue a été annulée. Puis, le matin même de la manifestation le préfet a préféré par précaution pour cause de coronavirus, annuler la marche prévue. Nos activistes se sont donc rassemblé·es avec d’autres collectifs devant la gare pour un temps de débat avant que le reste des présent·es partent en manifestation non déclarée à environ 200 dans les rues de Grenoble.  Mathys, 17 ans, étudiant de la ville nous raconte sa déception face à cette mobilisation qui selon lui aurait pu signifier un “renouveau pour le mouvement après un an, mais avec le contexte actuel les chiffres ne sont pas au rendez-vous pour cette date clé”.

Après un pique-nique, zéro déchets bien sûr, la mobilisation à Rennes commence par une assemblée générale, nous explique Albane, 19 ans, engagée depuis 1 an dans le mouvement. Le débat s’oriente sur l’utilité de nos modes d’actions et le ressenti sur les mobilisations climats  depuis le 15 mars 2019. Malgré cette belle initiative la discussion “tourne un peu en rond”, selon elle. S’en suit une marche dans le centre-ville qui ne manque pas de marquer le coup en passant dans des centres commerciaux et en laissant une trace avec des tags. Les militant·e·s se dirigent ensuite sur la place de la mairie où iels font un die-in pour marquer les esprits avant les élections. Un discours est aussi prononcé par plusieurs militant·es. Après un peu de dispersion, une rue est bloquée avec les quelques militant·es restant·es. Albane nous explique ensuite que ce GL se réunissait sur le “discord local toutes les semaines à peu près pour réfléchir à rythmer la mob”, ainsi qu’avec les autres organisations écolos. Albane note malgré, une com et une organisation qu’elle juge satisfaisantes, quelques déceptions relatives à cette mobilisation, toutes leurs attentes ne sont, en effet, pas satisfaites, par exemple la couverture médiatique est quasi inexistante. Il faudrait, selon elle, mieux s’organiser pour attirer plus de monde et ainsi pouvoir proposer plus de choses par la suite. Elle se sent aussi malheureusement dans le flou pour la suite du mouvement et fatiguée par l’organisation.

Bien que perturbé·es par le début de l’épidémie du Covid-19 en France, nos courageux militant·es de YFC Bordeaux ont maintenu leur mobilisation ! En effet, iels ont dû changer leur programme de dernière minute suite aux conséquences du virus sur le nombre de personnes présentes.. Mais cela n’a pas empêché plus d’une centaine de motivé·es de défiler durant une heure dans les rues de Bordeaux, comme nous l’explique Jean et Simon, deux militants bordelais. À l’issue de cette marche, une discussion d’environ une heure s’est tenue entre militant·es et sympathisant·es, pour terminer en beauté cette belle mobilisation du 13 Mars 2020 !

Malgré de nombreuses annulations, une manifestation non déclarée s’est déroulée a Angers le 13 mars où près de 300 personnes ont défilé dans la ville avec de nombreuses actions en parallèle. Il y a eu notamment des collages féministes, des empreintes de main ensanglantées qui ont été mises un peu partout, des tags et la mise en place d’une grande banderole sur le balcon de la mairie. Ces actions qui avaient pour but de faire passer un gros message politique deux jours avant les municipales ont été réprimées par quelques coups portés sur les manifestants, des contrôles d’identités abusifs et une interpellation. Une réponse policière à laquelle les militant·es d’Angers ne sont pas habitué·es. Phacochère avait avant la marche un doute sur le nombre mais il est finalement satisfait de cette manifestation et de la diversité des tactiques qui y a été mise en place. En effet, selon elle les marches simples n’ont plus vraiment un grand intérêt car peu de conséquences directes mais elle est contente de voir que de plus en plus de gentes radicalisé·es remettent en question le système actuel. Elle espère donc pouvoir diversifier les valeurs de son groupe local afin de lutter contre toute formes d’oppressions et essayer de créer des liens avec d’autres groupes locaux. Barnabé est déçu du nombre mais est content de la nouvelle image qu’iels donnent de leur groupe local. Filiz ressent une baisse de motivation car le “phénomène de mode” des marches pour le climat est passé, mais elle reste positive et veut essayer de sensibiliser un maximum les personnes présentes lors des marches et aussi renforcer l’accessibilité du groupe local en étant “plus actif·ves dans les milieux défavorisés”. Anya veut aussi renforcer la sensibilisation afin de légitimer leurs actions et de montrer une autre facette des “jeunes pacifiques” pour le climat et ainsi pouvoir continuer à agir.

Elix nous raconte qu’un peu plus d’une trentaine de personnes motivées se sont rassemblées à Bourges en fin de matinée afin de dénoncer le mode de consommation mondial actuel et le fonctionnement du système. Quelques prises de paroles ont été faites par le mouvement des coquelicots par exemple ou par Elix qui a appelé à des changements collectifs de notre mode de consommation. Un peu de musique a été jouée pour clôturer cette matinée ! Elix espère un regain de mobilisation et plus de monde dans la rue la prochaine fois !

Du renouveau : c’est ce que voulait le groupe local de Marseille. On s’éloigne des sentiers battus et des marches traditionnelles pour créer quelque chose que l’on avait encore jamais vu dans le mouvement : le festiv’action. L’idée est d’allier l’écologie, le social et le cadre démocratique à seulement deux jours des municipales, pour toucher, sensibiliser et éduquer un maximum de monde. Il y a tout d’abord eu un repas partagé fait à partir d’invendus, ensuite le festival s’est constitué avec différentes parties. Dans les 40 associations partenaires de l’action, certain·es tenaient des stands avec des débats en hémicycle, au centre du festival, les tables étaient réparties par thématiques sur des sujets locaux tel que le logement ou la biodiversité. Andréa, activiste de 16 ans parle de la mobilisation en disant “l’objectif est de reprendre en main le local sur la base des revendications pour s’imposer”. En effet, à la fin de la journée après un concert très applaudi sont ressorties 12 revendications locales : pour la question du logement, la réquisition des logements vides, l’obligation de restaurer les logements vétustes et insalubres. Sur la question de la nature : créer des espaces verts protégés reliés entre eux, mettre en place une taxe pollution sur les entreprises. Par rapport aux déchets de la ville, la mise en place de compost collectifs et de  recycleries de quartier. Il y a aussi des demandes au niveau des transports, que ceux-ci soient gratuits et un centre ville sans voitures, à vélo. Les questions alimentaires ont été abordées et il en est ressorti la demande de cultiver les espaces disponibles en ville, et en périphérie, d’un plan de gestion de l’eau et des sols et surtout une alimentation majoritairement bio et locale. Pour finir, sur le plan de l’argent public et de la citoyenneté il y a une demande d’assemblées décisionnaires par quartier et arrondissement.

Chambéry innove aussi pour cette mobilisation. Comme le groupe local donnait rendez vous à Grenoble l’après midi, pas de marche au programme : l’heure est à la fête et la volonté est de se rassembler pour partager un moment convivial. C’est devant le palais de justice de la ville que les militant·es se sont retrouvé·es après que les membres d’yfc aient fait le tour de la ville à vélo pour récupérer pancarte et sono, nous décrit Salomé en riant. Ce sera un rassemblement d’entre 30 et 50 personnes commençant par un discours qui rappelle les raisons de leur présence “Nous avons besoin de ce temps pour reprendre notre souffle, célébrer le vivant, remettre en cause nos modes d’action, appeler à la révolte”. Ensuite, toujours en musique, les manifestant·es présent·es se dispersent pour redécorer la place, écrire sur le sol leurs revendications, leurs peurs et leurs espoirs, des groupes de débats se forment sur les sujets suivants : en tant que citoyen·ne, quel est notre responsabilité face au changement climatique ? Chambéry : quels changements seraient efficaces au niveau local ? Comment interpeller les politiques de manière pacifique ? Quels modes d’action adopter après les marches et le silence des élu·es, des médias ? Les chiffres de mobilisation baissent, comment retrouver le dynamisme de la jeunesse ? Une idée générale en ressort : les marches ne suffisent plus si elles ne réunissent pas assez et d’autres modes d’action doivent être employés. Le bilan est positif : “c’était un moment convivial pour resserrer les liens avec celleux qui nous suivent et on a pu présenter le mouvement sous un autre angle”.

Clean Walk, action anti-pub, sensibilisation sur l’industrie textile, marche sauvage et die-in: c’est un programme riche et varié pour toucher le plus de monde possible que les militant·es de YFC Annecy ont organisé ! Une trentaine d’activistes se sont donc retrouvé·es dès 9h et se sont réparti·es dans 3 groupes différents : clean walk, fast fashion et anti-pub. Nos 2 militants interviewés, Sacha et Mathéo, faisaient partie du dernier groupe : ils se disent déçus du contrôle de police abusif qui a empêché 8 de nos militant·es d’agir. À 11h, les 30 actif·ves se sont retrouvé·es pour partir en marche sauvage, direction la gare, où s’est déroulé un discours de sensibilisation, accompagné d’un die-in. L’après-midi, 3 militant·es sont partis en GAV pour avoir sensibilisé sur la pollution des SUV, alors qu’une autre partie des jeunes s’est rendue à Grenoble.

Malgré une organisation mouvementée, la mobilisation d’Orléans a bel et bien eu lieu, nous raconte Lena, 14 ans membre de YFC depuis mai 2019. En effet il n’y avait pas de marche initialement prévue, mais finalement décision fut prise d’en organiser une en 2 semaines seulement. De plus les liens avec l’interorga étant détériorés, iels ont dû organiser cela seul·es. Malgré cela, iels ont redoublé d’efforts et ont réalisé de nombreuses actions : en plus de la traditionnelle marche iels ont collé des affiches et fait des dessins à la craie pour préparer le jour-J. Ces militant·es ont ensuite fait un die-in sur les rails du tram, pour finir par une assemblée générale. Lena trouve difficile de trouver “une utilité à ce qui a été fait” ; c’était un bon moment mais pas de réel impact ou de directif derrière. C’est une “forme d’aliénation de la lutte, surtout à peu” nous explique-t-elle. Elle trouve difficile d’organiser, d’avancer et de massifier, mais espère un “regain d’énergie après le confinement” et une “bonne dynamique qui se lance” pour la lutte.

À Toulon malheureusement il n’y pas eu de mobilisation à proprement parler, mais nous avons tout de même tenu à relayer le témoignage d’Elisa, 17 ans, dans le mouvement depuis aout. En effet cette militante s’est beaucoup investie dans l’organisation de la venue de Greta Thunberg à Grenoble. Elle a aussi beaucoup donné pour sensibiliser les gens autour d’elle en participant à des actions de collages dans Toulon, et en utilisant des pancartes dans son lycée. Pour plus de proximité, Elisa a discuté avec des gen·tes. Malgré une déception concernant la taille de la mobilisation en raison du covid-19, elle reste motivée pour mobiliser les jeunes et rebondir sur la crise actuelle pour changer les choses plus profondément. Il faudrait ainsi “trouver une autre forme au mouvement pour que tout le monde se sente utile et soit capable de faire des choses”, selon ses dires ; elle a su, malgré l’absence d’action dans le groupe local, être inventive pour participer à sa manière.

Pour finir en beauté ce récapitulatif de notre dernière journée de mobilisation, voici des photos de tout les autres groupes locaux mobilisés que nous n’avons pas forcément  pu contacter pour des interviews.

Douai

Brest

Dijon

Pays Basque

Rouen

Digne

Valence

Albi

Pau

Laval

Lorient

Mende

Poitiers

St-Brieuc

Pontcharra

Vitrolles

St-Étienne

Le Temps Presse – Youth for Climate France

Youth for Climate France est le mouvement de la jeunesse et des étudiants engagés pour le climat. Depuis début 2019, nous rassemblons les différents groupes locaux en France qui répondent au mouvement “Fridays for Future”, lancé à l’appel de Greta Thunberg.

1 + 14 =