Serres à LED : nouveau fléau ?

7 Avr 2020

On connaissait le fléau de l’éclairage urbain à outrance par les enseignes au cœur de nos villes, qui après la destruction des habitats naturels par l’urbanisation, déséquilibre les écosystèmes alentours. Mais on découvre aujourd’hui des serres géantes de plusieurs hectares qui, de nuit, sont éclairées comme en plein jour avec des LED. On a alors affaire en pleine campagne à une source de lumière environ dix fois plus puissante qu’une zone de même taille en plein Paris. Les écosystèmes alentours se retrouvent donc chamboulés par cette technique qui se répand, aujourd’hui, à grande échelle.

La création de telles aurores boréales artificielles n’est pas anodine, une quantité de lumière aussi importante en pleine nuit a des effets néfastes sur son environnement. La première chose qu’ont pu remarquer les habitants des alentours, c’est que les oiseaux chantent comme en plein jour. C’est une conséquence parmi tant d’autres sur les êtres vivants locaux. En effet le cycle de la lumière naturelle est un des premiers repères de toutes les espèces animales et végétales et une perturbation de ce cycle peut leur être défavorable. Il faut rappeler qu’une grande partie de la vie animale n’est active que de nuit et un tel changement d’environnement peut entraîner des modifications notables du comportement des individus. Par exemple, les petits mammifères fuient ces zones par peur d’être chassés par leurs prédateurs. Cela peut aussi s’accompagner d’une baisse de leur activité et donc d’une dangereuse perte de masse. Il résulte aussi de cet éclairage des dysfonctionnements pour l’orientation de certaines espèces. Cette forte lumière peut, en effet, attirer des amas d’insectes perdus, ceci profitant à certaines espèces qui donc concurrencent déloyalement les autres espèces par des mécanismes qui sortent de l’ordinaire. La reproduction d’espèces telles que les insectes bioluminescents ou plus surprenant les amphibiens est fortement perturbée par cette pollution et cela nuit fortement à leur développement. Toutes ces conséquences désastreuses peuvent amener à la fragilisation des écosystèmes et ainsi à la non régulation des espèces invasives qui prolifèreraient alors. Il peut aussi y avoir des conséquences plus profondes ; l’horloge interne perturbée sur son cycle jour-nuit peut aussi être perturbée sur des cycles plus longs, amenant de la fatigue voire d’autres conséquences selon les espèces. Ces impacts s’avèrent désastreux en milieu urbain actuellement mais ils pourraient l’être encore plus en milieu rural, à cause de la proximité avec l’habitat de très nombreuses espèces, contrairement à la ville où les habitats possibles sont très limités. Ces effets ne sont qu’un échantillon parmi tout ceux que peuvent produire ces installations.

Ces serres ont donc des conséquences non négligeables sur les alentours mais le principe même de l’éclairage en continu des plantes peut aussi être remis en question par son impact potentiellement négatif sur les plantes elles mêmes. Dans notre cas on parle plutôt de tomates au niveau de la production à grande échelle visible. Ces dégradations sont encore mal comprises par les scientifiques et il semblerait que certaines espèces s’y accommodent plutôt bien, mais des premières observations semblent émerger après expérimentations. En effet cette technique ayant pour but d’accélérer la production entraîne une surproduction de sucres nécessaires à la vie de la plante avec une photosynthèse qui ne s’arrête pas. Cela peut entraîner un déréglage négatif de la photosynthèse voire accélérer le processus de vieillissement de la plante. Le cycle interne de la plante, bien que parfois déréglée, conserve une alternance jour nuit qui implique que la plante se protège moins de la lumière lors de sa phase nuit. Ainsi, lors d’une exposition continue, les cellules de la plante peuvent s’oxyder durant cette phase et entraîner une dégradation de la plante. Dans la nature la température aide aussi la plante à ajuster son horloge interne sur le cycle jour nuit mais dans de telles serres souvent chauffées cela est aussi perturbé. D’autres facteurs extérieurs influent sur ces possibles lésions, et les espèces réagissent différemment.

Cette technique utilisée pour accélérer la croissance des plantes est plutôt récente, les entreprises majeures de ce domaine datent des environs des années 2010, c’est donc une technique nouvelle qui regroupe aujourd’hui autour d’elle un spectre assez large allant des passioné·e·s amateur·e·s, aux grandes entreprises. L’utilisation de cette technique a commencé à plutôt petite échelle dans des chambres de croissance en intérieur qui sont destinés à des endroits avec peu d’espace, en ville par exemple. C’est pratique pour se rapprocher du consommateur mais aussi pour cultiver en intérieur de façon discrète des produits moins légaux tel que le cannabis. À plus grande échelle l’utilisation de cette technique se fait en général pour les plantations de tomates en serre, dont certaines espèces sont plutôt résistantes à ce type d’éclairage. Cette technique repose sur l’utilisation de LED pour être viable. En effet les LED permettent de produire de la lumière plus efficacement que des lampes traditionnelles, elles ont l’avantage d’avoir une consommation électrique bien moins importante et une luminosité équivalente voire supérieure. Malgré cela dans certains cas des lampes traditionnelles sont utilisés. La consommation de telles installations reste astronomique, bien qu’utilisant souvent des LED, la luminosité relevée implique une consommation électrique assez monumentale. Pour trouver ces serres en France il suffit de regarder une carte de la pollution lumineuse[1], les points les plus rouges, c’est à dire lumineux, s’avèrent être des serres. Nous avons ainsi recensé quelques serres qui semblent utiliser ces techniques et elles se trouvent toutes à l’ouest de la France. La zone la plus touchée par cette pollution regroupe un ensemble de trois exploitations dont deux du même propriétaire. Celles-ci sont fortement susceptibles d’utiliser l’éclairage LED en continu. L’une des exploitations possède au moins une serre réalisée par l’entreprise de fabrication de serres Certhon, basée au Pays-Bas. Or ce fabriquant propose la construction de serres à LED et met en avant de telles serres sur son site dont une située à cet emplacement. La généralisation de ces serres est une impasse à la fois au niveau de la biodiversité, comme on l’a vu, mais aussi énergétique : la sur-consommation d’électricité induite par cette méthode nous éloigne toujours plus des perspectives nationales de réduction de consommation d’énergie. De plus les entreprises concernées mettent en avant leur côté “écologique” et “durable” sur leurs sites internet alors même qu’elles produisent des tomates ou autres plantes avec des techniques dont la plupart n’ont pour but que de faire progresser le rendement et la productivité au détriment de la nature et de la qualité du produit vendu au consommateur. Ces producteurs ont certes une part de responsabilité mais il ne faut pas négliger la responsabilité du gouvernement qui incite par différents accords l’augmentation de la production et délaisse de ce fait les producteurs voulant garder en qualité.

Le Temps Presse – Youth for Climate France

Youth for Climate France est le mouvement de la jeunesse et des étudiants engagés pour le climat. Depuis début 2019, nous rassemblons les différents groupes locaux en France qui répondent au mouvement “Fridays for Future”, lancé à l’appel de Greta Thunberg.

Contacter Le Temps Presse

15 + 6 =