La “Charte de Grenoble”

Valeurs et objectifs du mouvement Youth for Climate France.

96 activistes venant de 34 villes en France se sont réunis à Grenoble à l’automne 2019 pour établir les revendications du mouvement, ainsi que ses valeurs. La “Charte de Grenoble” a ensuite été signée par les groupes locaux de Youth for Climate en France.

A l’issue des débats, nos idées, besoins et demandes pour préserver notre planète et son climat ont été inscrits dans cette déclaration, signée par tous les jeunes mobilisés.

L’ordre des valeurs et principes n’a pas d’influence sur la priorité que nous leur donnons.

Anticapitalisme :

En faisant passer le profit et le libre échange avant tout, le capitalisme en tant que système économique et social conduit à la surexploitation des êtres humains et de l’ensemble des êtres vivants. L’accumulation de capital comme objectif final et la propriété des moyens de production qui le caractérisent conduisent à une concurrence néfaste entre les individu·es. Le système capitaliste est très souvent lié au productivisme qui place la production comme objectif ultime de nos sociétés et non comme un simple moyen au service d’autres fins. De ce fait, il accélère l’épuisement des ressources naturelles et la destruction de la biodiversité, tout en poussant à l‘aliénation des travailleur·euses et la précarisation de leurs conditions de vie. Ainsi, nous sommes également antiproductivistes.

Autoformation :

Le partage de connaissances et d’expériences est indispensable au développement de l’esprit critique, car nous avons toustes à apprendre de chacun·e, et nos savoirs réunis ne peuvent que nous aider à progresser. Cet échange nous permet de réfléchir en dehors du cadre posé par nos institutions et leurs systèmes éducatifs, qui ne prennent pas en compte les crises écologique et sociale. Ainsi, nous pourrons atteindre une meilleure compréhension collective du monde, l’amélioration du système social et l’émancipation des individu·es.

Décroissance : 

La poursuite de la croissance économique (nécessaire au maintien du système économique actuel) est incompatible avec la vie sur Terre. En effet, dans un monde fini la production ne peut être infinie, et il convient donc d’abandonner ce modèle. Par décroissance, nous entendons diminution du PIB, mais cela n’est pas un but en soi : l’enjeu est surtout de changer d’état d’esprit, il est crucial de sortir du mythe de la croissance et de s’intéresser à d’autres indicateurs essentiels qui n’ont jamais été pris en compte comme le bonheur, le respect de l’environnement, l’équité sociale… La décroissance est seulement une étape pour arriver à ce but. Nous préférons donc prôner le concept de sobriété ou post-croissance.

Inclusivité :

Nous soutenons, adoptons les valeurs, et tâchons d’être allié·es des luttes féministes, antiracistes, décoloniales, antivalidistes, antixénophobes, LGBTQIA+, et contre toutes les autres formes de discrimination. Nous refusons également la hiérarchisation symbolique entre les espèces vivantes, et reconnaissons la valeur intrinsèque de chaque être vivant : notre mouvement est donc antispéciste. Nous sommes contre le fascisme et combattons activement les discours haineux. Nous nous opposons donc à toutes les formes d’oppression systémique visant des catégories de la population en particulier sans les hiérarchiser.

Diversité des tactiques

Nous nous battons pour et prônons un monde sans violence comme un idéal à atteindre, et nous condamnons les violences systémiques et répressives (conjugales, policières, etc)

Considérant l’urgence de la situation écologique et sociale nous reconnaissons la nécessité d’une diversité des tactiques et des modes d’actions dans la lutte, les mouvements et organisations ayant des modes d’actions différents peuvent se compléter pour gagner en efficacité. Nous souhaitons donc appliquer cette diversité à l’échelle de YfC.

Nous souhaitons adopter cette diversité des tactiques pour les actions au sein de Youth for Climate et en son nom. Nous nous refusons cependant les modes d’action impliquant des violences physiques intentionnelles. Toutefois, nous reconnaissons l’importance de la légitime défense y compris pour se défendre face aux violences policières, en apportant une réponse proportionnée à une menace immédiate et avérée. Nous n’acceptons pas la violence morale gratuite utilisée en dehors d’une stratégie d’action particulière.

Science :

Notre mouvement ainsi que toutes nos revendications se fondent avant tout sur les données scientifiques actuellement disponibles, dans tous les domaines, et reconnues par la communauté scientifique.

Antilibéralisme :

Nous nous opposons au libéralisme économique, qui considère que les libertés économiques telles que le libre échange, la liberté d’entreprendre ou le libre choix de consommation doivent prévaloir sur tout. Il favorise les intérêts individuels au détriment des intérêts collectifs en limitant au maximum l’intervention de l’État, et encourage la mondialisation.
 Cette mondialisation des échanges et des flux occupe une place importante dans les émissions de gaz à effet de serre via par exemple les transports, et conduit à des politiques écocides et anti-sociales, tout en affaiblissant la résilience des sociétés au niveau local.

Équité :

Nous nous battons pour une justice sociale et une équité entre les différent·es individu·es et groupes de la population. Les inégalités sociales sont liées à la crise écologique contre laquelle nous nous battons et sont exacerbées par celle-ci. Ces deux réalités doivent être combattues conjointement.

Autogestion et horizontalité :

Notre mouvement est apartisan : notre lutte est politique, mais nous ne soutenons aucun parti, de plus, nous ne tenterons jamais d’obtenir des mandats électoraux. Nous nous efforçons de fonctionner en autogestion, en autonomie et d’être indépendant·es de toutes les pressions externes et des tentatives d’interférences. Au sein de notre mouvement, nous nous auto-déterminons et tâchons de n’avoir aucune structure hiérarchique imposée ni de décideur·euses arbitraires : nous sommes un mouvement horizontal, chaque membre est légitime à prendre part aux décisions et doit pouvoir s’impliquer à la hauteur de ses envies ; nous travaillons à toujours améliorer notre horizontalité concrète, pour éviter l’accaparement d’un pouvoir par une minorité. Notre mouvement est décentralisé : les groupes locaux fonctionnent de façon autonome, dans le cadre défini par nos valeurs et nos décisions communes.

Accessibilité :

Nous sommes attaché·es à rester accessible à toute la jeunesse souhaitant lutter pour une justice écologique et sociale, quel que soit son niveau de conscience ou d’engagement. Nous constituons en effet une porte d’entrée dans le militantisme pour beaucoup de jeunes et c’est d’ailleurs de cette façon qu’a émergé notre mouvement.

Solidarité : 

Nous considérons la solidarité comme la mise en acte d’un devoir moral de soutien et d’assistance morale et matérielle à quelqu’un·e ou à un groupe dans le besoin. À ce titre, la solidarité est indispensable dans la société qui nous attend. Nous faisons face à des désastres écologiques pendant lesquels nous devons toustes nous soutenir sans aucune barrière de culture, de langue, de genre, de religion, et autres barrières inutiles imposées par la société actuelle.

A propos de Youth For Climate France

Sur décision majoritaire de ses membres, Youth For Climate (“Les Jeunes pour le Climat”) a signé cette déclaration, et s’engage à l’appliquer, dans sa propre organisation ainsi que dans les groupes locaux. Nous partageons toutes les revendications de cette charte.