Climate Education Week : YFC France se joint à l’initiative de Fridays for Future Europe

En bref

Youth For Climate France soutient l’initiative lancée par le mouvement Fridays For Future vise à encourager les gouvernements européens à mettre en place une éducation au climat.

Pendant la Climate Education Week (12-16 avril), une liste de demandes universelles sera envoyée aux ministres de l’éducation de plus de 10 pays européens.

Les lettres présentent la vision de l’éducation climatique que les jeunes d’Europe doivent recevoir en tant que droit humain fondamental.

En complément, Youth For Climate se mobilise pour une éducation plus large et transdisciplinaire aux enjeux environnementaux dans leur ensemble.

L’initiative européenne

L’éducation au climat est l’outil ultime pour limiter les changements climatiques d’origine anthropique, et pourtant, malgré son importance indéniable, elle est toujours négligée. Les situations climatiques et environnementales ne peuvent s’améliorer sans changements radicaux de l’état d’esprit de l’ensemble de la population. L’introduction de l’éducation climatique est donc une nécessité car ces enjeux concernent l’ensemble de nos sociétés.

Le 12 avril 2021, une liste de demandes portant la vision des jeunes sur l’éducation climatique sera partagée avec les gouvernements et les ministres de l’éducation et de l’environnement européens. Les demandes seront envoyées aux représentants de plus de 10 pays européens, à l’initiative de Fridays for Future Climate Education, un groupe de plus de 80 militant.e.s européens.

Youth For Climate France soutient la Climate Education Week, ayant lieu du 12 au 16 avril, organisée par Fridays For Future Climate Education en collaboration avec Teach the Future.  L’action comprend l’envoi de nos demandes aux ministres de l’éducation ainsi que des campagnes sur les média sociaux. De plus, les jeunes se mobiliseront pour que les politicien.nes fassent de l’éducation au climat un point de discussion clef lors de la COP26 et pour que cette éducation soit une réalité pour tous les élèves d’Europe. 

Youth For Climate France soutient ces demandes et revendique plus largement le besoin urgent d’une réelle éducation aux enjeux environnementaux. Alors même que des propositions sont discutées au sein de la loi Climat et Résilience, Youth For Climate France relève leur insuffisance marquée, notamment l’usage de la notion de développement durable, que chaque citoyen.ne doit être capable de questionner. Comprendre les enjeux environnementaux dans leur ensemble est dès aujourd’hui nécessaire pour construire ensemble nos sociétés. Le projet français de Youth For Climate sera bientôt diffusé.

Note aux rédactrices et rédacteurs

Vous trouverez plus de détails sur Youth For Climate France sur le site https://youthforclimate.fr/ et sur les demandes de la jeunesse européenne à l’adresse www.fffclimate.edu.com.

Les demandes de Fridays For Future Climate Education sont :

  1. L’éducation au climat doit être accessible à toutes et tous, indépendamment de l’origine ethnique, de l’âge, du sexe et du statut social, et doit être dispensée à tous les niveaux d’enseignement.
  2. L’éducation au climat doit être intégrée aux valeurs fondamentales de chaque programme scolaire. Les élèves doivent apprendre les aspects scientifiques, sociaux et éthiques de la crise climatique.
  3. Les institutions éducatives doivent fournir les outils et le soutien nécessaires pour aider les élèves et les enseignants à faire face à l’anxiété climatique et aux problèmes de santé mentale.
  4. Tous les enseignants et enseignantes doivent être formé.e.s à l’éducation climatique et recevoir des plans de cours et du matériel pédagogique.
  5. Les institutions doivent prendre des initiatives pour développer la responsabilité envers la nature et la société et pour inciter les élèves à pratiquer une citoyenneté active.

Les institutions doivent suivre les règles de la durabilité et être des innovateurs dans ce domaine. Par conséquent, toutes les écoles existantes et à construire doivent être neutres en émissions carbone d’ici 2030.

Contacts presse :

Juliette Biquet  : 06 46 71 56 11
Olivier Marchand  : 06 79 93 96 55
Pablo Flye  : 07 67 38 62 56
Mathis Grossnickel  : 07 82 09 87 88
Mail : presse@youthforclimate.fr

19 et 20 Mars : plus de 35 villes en grève pour le climat en France

Les 19 et 20 mars 2021, le mouvement Youth For Climate se mobilisera dans plus de 35 villes de France, en tant que branche française du mouvement international Fridays For Future.

Soutenu par de nombreuses organisations, les groupes locaux du mouvement Youth for Climate France organiseront des grèves, manifestations et actions de désobéissance civile dans plus de 35 villes de France : Montpellier, Pau, Clermont-Ferrand, Carhaix, Metz, Paris, Lyon, … Ces mobilisations s’inscrivent en soutien aux mesures de la Convention Citoyenne pour le Climat, et contre l’inaction gouvernementale au sujet de la précarité étudiante.

« Nous regrettons la destruction des mesures de la CCC. Plus de 80% de ses mesures sont abandonnées ! La loi Climat est un profond constat d’échec de la part du gouvernement, personne n’est dupe et la jeunesse non plus » déclare Léa, de YFC France. « La jeunesse sombre dans la précarité depuis des années, la crise du Covid aggrave terriblement ce phénomène, et rien n’est fait. Nous ne pouvons plus supporter cela ! »

« Nous portons la voix de cette jeunesse qui souffre, et se rend compte qu’elle souffrira encore plus tant que rien ne sera fait. Nous voulons montrer que notre écologie n’est pas celle de petites lois et de mesurettes. C’est celle d’un changement global de système, d’une écologie sociale et populaire. » Thaïs, membre de YFC France.

Cette mobilisation est soutenue par les syndicats enseignants, comme le FSU, qui ont déposé des préavis de grève pour le Vendredi 19.

Youth For Climate sera donc de retour dans les rues de France les 19 et 20 Mars. Prenons la rue !

Contacts presse :

Léna LAZARE : 07 82 24 24 62
Marin BISSON : 06 51 12 62 66
Mail : presse@youthforclimate.fr

 

Youth For Climate France appelle à la mobilisation le week-end du 19 Mars

Le week-end des 19 et 20 Mars, le mouvement Youth For Climate sera mobilisé partout en France, en tant que branche française du mouvement international Fridays For Future.
La mobilisation s’articulera autour de la détresse de la jeunesse, laissée pour compte face aux crises sanitaire et climatique, et de l’opposition à la loi climat, preuve de l’échec de la Convention Citoyenne pour le Climat.

La crise sanitaire actuelle ne fait que mettre en lumière la détresse de la jeunesse qui existe depuis bien longtemps. Le gouvernement n’y propose pas de réponse, et sa politique écologique n’est pas plus ambitieuse.

La loi climat émanant des propositions de la Convention Citoyenne, qui arrivera au Parlement en Mars, est un profond constat d’échec. Plus de 80% des mesures de la CCC sont abandonnées ou amoindries, les autres ne sont que des miettes : les objectifs ne sont pas atteints.

Le présent de la jeunesse devient invivable, le futur qu’on lui propose à horizon 2040 n’apporte aucune solution à l’urgence écologique.

C’est pourquoi le mouvement Youth For Climate France appelle à la mobilisation nationale. Le week-end des 19 et 20 Mars, selon le contexte sanitaire, marches, rassemblements et autres actions seront organisées par les groupes locaux partout en France.

Nous portons la voix de cette jeunesse qui souffre, et se rend compte qu’elle souffrira encore plus tant que rien ne sera fait. Nous voulons montrer que notre écologie n’est pas celle de petites lois et de mesurettes. C’est celle d’un changement global de système, d’un monde d’harmonie et de respect entre humains et non-humains, d’une écologie sociale et de terrain.

Contacts presse :

Noé GAUCHARD : 06 79 62 71 79
Marie CHUREAU : 06 52 41 47 68
Mail : presse@youthforclimate.fr

 

L’accord de Glasgow : une nouvelle initiative pour la justice climatique

Le mouvement pour une justice climatique a un nouvel outil pour atteindre son objectif et répondre au changement climatique : l’Accord de Glasgow. Cet engagement propose de reprendre l’initiative des gouvernements et des institutions, en créant un levier d’action alternatif permettant la coordination et l’articulation de nombreux groupes militants pour la justice climatique à travers le monde. Les groupes, aprèsla création d’un agenda climatique international, s’autoriseront plusieurs types d’actions incluant la désobéissance civile, pour atteindre les réductions d’émissions nécessaires afin d’éviter une augmentation de la température de plus de 1.5°C d’ici 2100.

L’Accord de Glasgow a été élaboré au cours des derniers mois par plusieurs organisations originaires du monde entier. Le mouvement pour la justice climatique assume le besoin de réduire collectivement les émissions de gaz à effet de serre, à travers une structure politique de justice climatique. Pour atteindre ces réductions nécessaires, les organisations réaliseront en premier lieu un inventaire des principaux secteurs, futurs projets et entités responsables des principales émissions de gaz à effet de serre. À partir de ce travail, elles créeront un agenda climatique s’appuyant sur des actions de terrain ayant pour but l’arrêt ou la transformation des lieux et projets identifiés.

Actuellement, plus de 50 organisations, de plus de 20 pays et 3 continents différents travaillent sur ce processus. L’Accord sera signé en Novembre, physiquement ou en ligne, lors de l’initiative “From the Ground Up” de la Coalition COP26.Trois mois après la signature de l’Accord de Glasgow, les membres auront produit leur premier inventaire national des principaux émetteur·ices de gaz à effet de serre et des futurs projets néfastes, afin de créer l’agenda climatique de l’Accord de Glasgow.

La participation de Youth for Climate France à l’Accord de Glasgow

Youth For Climate Francea rejoint depuis peu l’organisationde cet accord,notammentcar il correspond à un certain nombre de nos valeurs et modes d’actions. En effet, il vise à organiser des actions pour le climat, l’écologie et la biodiversité dans un esprit de diversité des tactiques qui permet au mouvement climat d’avoir une action radicale et fondée, et permet différents modes d’actions dont la désobéissance civile. Nous pensons qu’il est important d’avoir des outils alternatifsaux instances gouvernementales classiquespour proposer un ou plusieurs plans d’actions différents et ainsi construire un avenir vivable. Notre mouvement est principalement constitué de collégien·nes, lycéen·nes et d’étudiant·es ce qui ne nous empêche pourtant pas de devoir faire un travail qui n’est pas le nôtre : celui despoliticien·nes.

Contacts presse :

Myrtille HUCHETTE : 07 69 80 47 77
Marie BRET : 06 31 19 31 12
Mail : presse@youthforclimate.fr

 

Journées mondiales d’actions pour une justice écologique et sociale des 25 et 26 septembre 2020

Le mouvement des jeunes en grève pour le climat et le vivant, “Fridays for Future ” et sa branche française “Youth for Climate France” , se mobiliseront à nouveau les 25 et 26 septembre prochain pour une justice écologique et sociale.

Alors que la crise sanitaire a démontré, une fois de plus, les faiblesses de notre modèle sociétal, la réaction des pouvoirs politiques et économiques va majoritairement à l’encontre d’un projet de société écologique.
Il n’est question que de relance, de croissance, de perpétuer un système économique capitaliste et productiviste qui ne peut rimer qu’avec inégalités sociales et la destruction du vivant sur une planète aux ressources limitées.

Après avoir séché les cours, manifesté et désobéi pendant deux ans, il nous paraît évident que manifestations et actions “coups de poings” ne nous permettront pas seules de mettre fin au système ravageur à l’origine de la catastrophe climatique.
Il est nécessaire de mener une stratégie efficace à moyen et long terme, qui passe d’abord par des victoires et la création d’une culture de résistance au niveau local, protégeant les lieux auxquels nous tenons.

Le mouvement agira ainsi durant les prochaines semaines pour la résilience de notre société, qui implique d’une part de créer des espaces d’autonomie, en ouvrant notamment des “Maisons d’écologie et des résistances“, lieux d’organisations de la résistance écologique, en reprenant des terres pour en faire des potagers collectifs,  en se réappropriant nos lieux d’études en y proposant des programmes scolaires écologiques, en encourageant généralement toute initiative collective allant vers une société juste pour l’ensemble du vivant.

D’autre part, nous continuerons à lutter de manière frontale en soutenant et menant des luttes contre les Grands Projets Inutiles et Imposés et des infrastructures écocides déjà présentes sur nos lieux de vie, comme les sites dangereux classés SEVESO ou ICPE, listés par “Notre Maison Brûle“. La justice doit par ailleurs pouvoir se servir d’un véritable arsenal juridique permettant de condamner les entreprises responsables de catastrophes telles que celles de Rouen ou de Lubrizol, et d’en prévenir efficacement les risques. Ainsi, le crime d’écocide paraît, parmi les nombreuses mesures proposées par la Convention Citoyenne pour le Climat, l’une des plus urgentes à instaurer.

Le 25, dans cette dynamique, nous proposons aux jeunes de se rassembler à midi dans leurs établissements scolaires, de mener des débats afin de réfléchir collectivement à la catastrophe en cours, et de rejoindre l’après-midi les actions proposées par nos groupes locaux.

Le 26, diverses actions, désobéissantes ou légales, sur la thématique de la résilience locale, contre les Grands Projets Inutiles et Imposés ou la présence d’installations SEVESO seront menées.

Contacts presse nationaux :

Léna Lazare : 07 82 24 24 62
Noé Gauchard : 06 79 62 71 79

Contacts presse parisiens :

Marie Chureau : 06 52 41 47 68
Olivia : 07 86 91 71 15

Mail : presse@youthforclimate.fr

Convention pour le Climat : YFC France passe à l’action en soutien aux 150 citoyen·nes

Youth for Climate France soutient la CCC…

Depuis octobre 2019, la Convention Citoyenne pour le Climat s’organise pour produire une série de mesures afin de répondre à une problématique simple : “réduire de 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 (par rapport à 1990) dans un esprit de justice sociale”. Cette assemblée, composée de 150 citoyen·nes français·es tiré·es au sort selon des principes de représentativité est un véritable exemple de démocratie directe.

Ces 19, 20, et 21 juin se tiendra la 7ème et dernière session plénière, pendant laquelle les 150 citoyen·nes amenderont et voteront les mesures finales qui seront envoyées au gouvernement et rendues publiques à son issue.

Dans ce contexte de crise sanitaire et économique, il est primordial de soutenir les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat pour que les aspects sociaux et écologiques ne soient pas oubliés dans le plan de reconstruction économique prévu par les autorités.

Au-delà des mesures, ce processus éminemment démocratique (dans lequel les citoyen·nes participent directement à la prise de décision) ne doit pas rester sans réponse. Pour nous, il ne s’agit pas d’une simple expérience, de l‘ordre de l’éphémère. Cette participation citoyenne se doit en effet d’être réitérée, écoutée, traduite en actes et pérénnisée. 

Pour garantir une véritable représentativité de tous·tes les français·es, la démocratie ne peut se limiter à la représentativité. Les citoyen·nes ne doivent être spectateur·ices de notre démocratie, iels doivent en être pleinement acteur·ices. Ainsi, nous exigeons que cette Convention soit reconduite, améliorée, et étendue à l’ensemble des décisions politiques.

…et mène des actions dans toute la France

Dans toute la France, les groupes locaux de Youth for Climate France passeront à l’acte, d’abord en apportant leur soutien évident le jour même de la sortie des mesures, puis par des actions de désobéissance civile directement inspirées des mesures de la Convention Citoyenne pour le Climat.

Dès le 21 Juin, les plus grandes places des principales communes françaises telles que Paris, Lyon, Bordeaux, Rouen ou Brest seront recouvertes de pancartes sur lesquelles les jeunes exprimeront non seulement leur désaccord avec le système actuel, mais surtout le monde dans lequel iels voudraient vivre plus tard.

Principalement durant la semaine du 29 Juin au 5 Juillet et durant tout le mois qui suivra la sortie des mesures, des actions de désobéissance civile décentralisées auront lieu dans toute la France pour mettre en place directement les propositions de la Convention CItoyenne pour le Climat. Création de pistes cyclables, mise en place de bacs à culture, lutte contre la publicité, mise en lumière des squats et des récupérations de bâtiments vaquants,… La jeunesse reprendra possession de ses territoires de vie et mettra en place elle-même les mesures de la Convention : les citoyen·nes sont prêt·es pour la transition de notre société, les propositions de la Convention en sont le meilleur indicateur. Nous n’attendrons pas l’aval du gouvernement et commenceront dès aujourd’hui à mettre en place ce qu’à préconisé la démocratie.

Contacts presse :

Marin BISSON : 06 51 12 62 66
Marie CHUREAU : 06 52 41 47 68
Mail : presse@youthforclimate.fr