Béton Lyonnais condamné pour le décès de son employé

Béton Lyonnais condamné pour le décès de son employé

Béton Lyonnais condamné pour le décès de son employé

Il est 14H30 au tribunal judiciaire de Lyon. Au sous-sol, de ce haut bâtiment, on ne voit pas le ciel gris et la pluie diluvienne qui s’abat dehors. Mais on la devine, dans les yeux de la famille de Julien*, qui pleure encore un an après, son parent décédé, et dans les yeux de M. Contamin. Contrairement à l’audience sur ses infractions environnementales qui devait se tenir le 13 Octobre dernier, il arrive peu confiant dans la 5ème chambre du tribunal judiciaire de Lyon. Peut-être sait-il que les choses sont graves, et qu’il va être difficile de se défendre.

En effet, le sujet de l’audience de ce jour est celui du décès de Julien, employé de 52 ans, décédé d’asphyxie alors qu’il travaillait pour l’entreprise, enseveli sous le sable dans une machine de Béton Lyonnais qu’il avait lui-même construite. L’employé était chargé par son patron de fixer une nouvelle pièce afin d’augmenter la capacité de la machine, et pour cela, il devait fixer des boulons à l’intérieur d’une trémie. Lorsqu’un chauffeur arrive sur le terrain, M. Contamin laisse son employé s’affairer seul pour aller l’accueillir et verser le béton dans le camion. Il monte alors dans la cabine de commandement de la machine à béton, et la met en route. Le sol se dérobe  sous les pieds de l’employé, installé sur le sable dans la trémie, pour effectuer son travail. Il est emporté et reste bloqué dans la valve. C’est alors que, selon les conclusions de l’institut médico-légal, il meurt d’asphyxie, enseveli sous le sable.

Interrogé par le président du tribunal sur le sujet, M. Contamin se défend : « Je ne savais pas qu’il était à l’intérieur de la machine ! », puisqu’une partie de son travail devait être effectué de l’extérieur. Une affirmation mise en doute par l’avocate des parties civiles : « Le chauffeur dit pourtant qu’en l’occurrence, lorsqu’il est arrivé, il n’a pas vu Julien, donc il était forcément à l’intérieur ». Et peu de temps après le lancement de la machine, le chauffeur affirme que M. Contamin lui aurait montré la trémie en l’invectivant : « Vas voir Julien comment ça se passe ». C’est alors que le drame est découvert

Mais le tribunal interroge à nouveau M. Contamin :

« Vous saviez que ça faisait partie de son travail, d’aller à l’intérieur ?
– Oui, mais je ne pensais pas qu’il le ferait à ce moment-là. Quand je me suis rendu compte qu’il y avait un risque, c’était trop tard.
 »

Et c’est en effet bien ce qui lui est reproché par le tribunal aujourd’hui. Parce que « bien sûr, M. Contamin n’a pas voulu que Julien décède », reconnaît volontiers l’avocate des parties civiles, chose sur laquelle s’accorde tout le monde. Mais il s’est rendu coupable d’une « erreur humaine » selon les mots du président du tribunal. Erreur humaine qui, selon le Procureur de la République, « juridiquement, se traduit par une absence de précautions ». En effet, l’employé travaillait sans équipements de sécurité, et sans être harnaché, ce qui est une infraction au code du travail. De plus, il travaillait sur une machine qui n’avait pas été arrêtée. Pourtant, pour le Procureur, la règle est simple : « quand on fait des travaux sur une machine, on l’éteint ».

D’autre part, le Procureur souligne le manque de formation de Julien, notamment sur les questions de sécurité. « Julien est arrivé en 1990-1991 dans l’entreprise. Un chauffeur m’avait demandé de prendre Julien dans l’entreprise », affirme M. Contamin. « Il a tout appris sur place : la conduite des machines, l’installation, la soudure,… ». Mais le Procureur de la République et les parties civiles semblent sceptiques sur ce point : « Il ne l’a jamais formé : il ne lui a jamais appris à faire du béton, ne lui a jamais fait passer les permis pour conduire les engins » affirme leur avocate. « Il a servi d’homme à tout faire », ce que reconnaît volontiers M. Contamin qui ne considère pas qu’il s’agit d’une position dévalorisante. Selon les mots de son avocat, Julien avait trouvé « une forme de confort dans le travail qui lui était confié. Il ne s’en était jamais plaint ». La preuve en serait qu’en Juin 2006, Béton Lyonnais cède une importante partie de son activité à la société Vicat Béton, beaucoup plus grosse. Julien devait être transféré dans cette nouvelle exploitation qui aurait pu lui fournir les conditions de travail d’une grande entreprise et les formations qu’il aurait voulu, mais « il a absolument voulu rester dans l’entreprise ».

Me Neyret, avocat de M. Contamin, affirme que « la réalité, c’est qu’il y avait une vraie relation d’amitié entre M. Contamin, son fils et Julien ». Et c’est d’ailleurs eux qui, lors de la cérémonie funéraire de l’employé, lui ont « fait sa toilette funéraire » et non pas la famille qui n’était pas présente, habitant dans le Nord. Me Neyret conclut en affirmant que M. Contamin a subi « un important choc psychologique », et l’intéressé d’ajouter qu’il n’a pas pu dormir des nuits durant.

Pourtant, les voisin·es, qui lançaient l’alerte sur la situation sociale et environnementale de l’entreprise il y a déjà plusieurs années, affirment dans un témoignage adressé au tribunal qu’à peine une heure après, l’entreprise avait déjà repris son activité. « Ce sont leurs dires » répond M. Contamin, qui affirme ne pas s’être rendu sur le terrain de l’entreprise avant le lundi suivant. « Ça les aide à essayer de m’enterrer ».

Mais ce débat sur l’amitié ou non de M. Contamin avec son employé ne semble guère intéresser le Procureur de la République, qui passe rapidement sur la question en disant que « Julien était vu comme celui auquel on donne les petites tâches, qu’on ne forme pas, qui fait tout sans rien savoir faire ». En somme, quelqu’un à qui on ne donnait pas « des tâches nobles », et qu’on n’estimait pas beaucoup même si on le trouvait « gentil ». Il avance que d’habitude, les audiences de droit du travail sont complexes, mais qu’ici la situation est simple. La causalité de l’accident est directe : M. Contamin n’est pas uniquement chef d’une entreprise responsable de la mort d’un employé, il est aussi celui qui a effectué l’acte qui a directement causé ce décès. Et les faits d’homicide involontaire et d’irrespect du droit du travail sont caractérisés, affirme le Procureur de la République : d’abord parce que M. Contamin ne respectait pas les règles de sécurité élémentaires qui auraient permis que son employé travaille dans de bonnes conditions, ensuite parce que son employé n’était manifestement pas formé correctement pour exercer ce type de travail, et enfin parce-que, quelle que soit la situation, il aurait du s’assurer que Julien n’était pas dans la machine au moment « d’appuyer sur le bouton ».

« On a l’impression en lisant le dossier qu’on est face à un meurtre, même si ce n’est évidemment pas la cas, tellement il était évident que ce qui est arrivé allait arriver. Mais M. Contamin, business is business, relance la machine ». Tels sont les mots du Procureur de la République, prononcés avant qu’il annonce les peines requises : 50 000€ d’amende pour l’entreprise Béton Lyonnais, 30 000€ d’amende et 2 ans de prison avec sursis pour M. Contamin, et l’affichage obligatoire du jugement sur les locaux de l’entreprise. Face à ce réquisitoire, Me Neyret assure , s’agissant de son client, « la question va au-delà du code du travail : parce qu’elle est définitive, la peine, il la subit tous les jours ». Avant d’ajouter qu’il n’est pas sûr qu’ « une amende importante soit une manière de réparer les torts qu’il a causé ».

Visiblement, le tribunal ne semble pas considérer que la peine de M. Contamin doive être « au-delà du code du travail », ni même au-delà du code pénal. Ce soir, à 20H, il a condamné M. Contamin à 20 000€ d’amende et 1 an de prison avec sursis, et son entreprise à 50 000€ d’amende, l’obligation d’afficher la décision du tribunal sur les locaux destinés à ses employés pendant 3 mois, et 55 000€ de dommages et intérêts à payer aux divers membres de la famille de Julien.

En revenant de la barre, M. Contamin, à la fin de l’audience, lance un regard aussi noir à la famille de Julien qu’à nos militant·es, présent·es sur place. Mais il semblerait bien que dans cette affaire comme dans les autres, il ne puisse reprocher à qui que ce soit d’autre ses propres actions. Et en tous cas, pas à la famille de Julien, à qui nous adressons nos plus sincères condoléances. Si comme l’affirme Me Neyret, l’amende ne répare pas les torts causés, la condamnation de M. Contamin à une peine importante, et à de vraies réparations pour la famille et la concubine de l’intéressé semble être nécessaire pour avancer dans leur deuil.

 

*Le nom a été modifié, par respect pour la famille.

Béton Lyonnais en procès face à FNE et la Métropole de Lyon

Ce Jeudi 13 Octobre 2022 se tiendra un procès important dans l’affaire Béton Lyonnais. L’entreprise est assignée devant le tribunal correctionnel pour ses multiples infractions au code de l’environnement et à la réglementation ICPE. France Nature Environnement (association agréée pour la protection de l’environnement) et la Métropole de Lyon se sont constituées parties civiles. Youth for Climate Lyon, Extinction Rébellion Lyon et Eau Bien Commun se mobiliseront devant le tribunal judiciaire à 13H30 pour rappeler aux juges leurs responsabilités.

Installée à Décines-Charpieu depuis 1993, l’entreprise de fabrication de béton prêt à l’emploi Béton Lyonnais multiplie depuis des années les infractions environnementales, et particulièrement celles attenantes à la réglementation des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE). En exerçant des activités de stockage de déchets non déclarées, en exploitant illégalement des forages pour s’alimenter en eau, en faisant la vidange de ses camions à même le sol ou par l’absence de protection pour les stocks d’hydrocarbures, elle crée un risque pour l’environnement particulièrement important puisque l’entreprise est implantée dans la zone de protection d’un captage d’eau potable de la Métropole de Lyon.

Alors qu’elle n’aurait jamais du s’y trouver, la zone étant classée zone agricole et étant protégée pour sauvegarder la qualité de la ressource en eau, l’entreprise croule sous une collection de mises en demeures et sanctions administratives prises par la préfecture, lui faisant injonction d’enfin respecter les réglementations environnementales. Mais alors que certaines mises en demeure ont été prises dès les années qui suivirent l’installation de l’exploitant, les infractions subsistent encore aujourd’hui.

Ainsi, France Nature Environnement, association agréée pour la protection de l’environnement par le Ministère de l’Écologie, et la Métropole de Lyon ont saisi le procureur pour signaler ces infractions, et se portent aujourd’hui parties civiles dans le procès intenté contre Béton Lyonnais. L’objet de ce procès est de faire reconnaître les infractions, les punir et surtout demander la remise en état du terrain affecté par les infractions en question.

Béton Lyonnais doit être condamné. Les multiples rapports et sanctions de la Préfecture prouvent sa culpabilité, mais ça fait des années qu’il continue à exploiter le site de la même manière, en tout impunité !

Alix, de Youth for Climate Lyon

Si ce procès est important, il n’est qu’un premier pas vers notre objectif final : faire partir l’entreprise de son terrain, pour le protection de l’eau des grand-lyonnais·es, et pour l’environnement.
Ainsi, Youth for Climate Lyon, Extinction Rébellion Lyon et Eau Bien Commun se mobiliseront ce Jeudi à 13H30 pour rappeler aux juges leurs responsabilité : Béton Lyonnais doit être condamné ! L’audience, quant à elle, commencera à 14H dans la 5ème chambre correctionnelle.

Contacts presse :

Marin BISSON (YFC Lyon) : 06 51 12 62 66
Éline VIRICEL (XR Lyon) : 06 20 96 70 32
Mail : presse@youthforclimatelyon.fr

Grève pour le Climat – YFC, XR et les Gilets Jaunes dénoncent Total

À la suite du blocage des locaux de Total Marketing hier matin, Youth for Climate Lyon, Extinction Rébellion Lyon et les Gilets Jaunes ont mené des opérations de dénonciation de Total hier dans la soirée, pour protester contre les hausses indécentes des prix de l’énergie et les investissements fossiles de l’entreprise. Tandis que de nombreux-ses français-es se demandent comment iels vont passer l’hiver, Total investit des milliards dans le projet EACOP en Ouganda et Tanzanie et engrange des profits jamais égalés auparavant. C’est pour mettre cela en lumière que les militant-es ont peint des messages géants au-dessus des autoroutes, et remplacé les prix de 2 stations service Total, clin d’oeil cynique aux mesures de l’entreprise en faveur du pouvoir d’achat des français-es. Youth for Climate Lyon, Extinction Rébellion Lyon et les Gilets Jaunes réclament l’arrêt immédiat des financements du développement des énergies fossiles, la taxation des superprofits des entreprises qui profitent des crises et la priorisation des citoyen-nes face aux entreprises pour faire face à la crise énergétique de cet hiver.

Des activistes de Youth for Climate Lyon, d’Extinction Rébellion Lyon et des Gilets Jaunes remplacent les prix des stations totales par des prix exorbitants pour dénoncer les superprofits engrangés par l’entreprise au détriment du pouvoir d’achat des travailleur·euses

Au sortir d’un été caniculaire qui a vu se matérialiser les pires aberrations du système libéral (des golfs ont été arrosés tout le mois d’août tandis que des champs proches se desséchaient et que nos concitoyen.ne.s en venaient parfois à être privé.e.s d’eau potable !) et à la veille d’une crise énergétique qui va frapper violemment les ménages les plus modestes tandis que le système financier et les industriels du secteur s’enrichiront en spéculant sur les pénuries, il nous est apparu impératif en cette journée de Grève Mondiale pour le Climat de dénoncer les responsables et profiteurs des dérèglements climatiques et géopolitiques.

En la matière, rares sont les entreprises qui dans le monde peuvent rivaliser avec le groupe Total.

Alors que des documents internes à Total ont prouvé en 2021 que le groupe pétrochimique savait parfaitement depuis 50 ans l’impact néfaste de son activité sur la température du globe, l’entreprise persiste et signe en réalisant actuellement de nouveaux forages et un pipe-line au cœur de zones protégées tanzaniennes et ougandaises (EACOP et Tilenga).

En plus d’anéantir la faune et la flore locales, le projet va entrainer près de 100.000 déplacé.e.s, exproprié.e.s par le système politico-militaire soutenu par Total et la diplomatie française.

L’impact est tel que même le Parlement Européen, pourtant peu enclin à interférer avec la loi du marché qui gouverne le monde a demandé le 15 septembre 2022 une suspension des travaux le temps que des alternatives soient étudiées.

Des activistes de Youth for Climate Lyon, d’Extinction Rébellion Lyon et des Gilets Jaunes remplacent les prix des stations totales par des prix exorbitants pour dénoncer les superprofits engrangés par l’entreprise au détriment du pouvoir d’achat des travailleur·euses

L’explosion des prix des énergies depuis la fin d’année 2021, due à la forte reprise post-COVID de nos économies (gourmandes en pétrole) et du prix du gaz suite à la guerre en Ukraine, permettent à Total de réaliser des profits records. Au second trimestre 2022, le géant de l’Energie a ainsi enregistré un bénéfice de 5,7 milliards de dollars.

Pourtant, malgré l’absence de sortie de crise envisageable d’ici l’hiver, le gouvernement français se refuse – à l’inverse de nos voisins espagnols et italiens – à taxer les superprofits ou à geler les prix des énergies comme en Allemagne.

Comme toujours, la population française devra endurer une baisse de son pouvoir d’achat tandis que les grands actionnaires verront les dividendes couler à flots…

 

Face à ce mépris de l’urgence climatique, à l’inaction (quand ce n’est pas de la complicité) des politiques et à la déraison du système qui pressurise jusqu’à épuisement les ressources et les Hommes, le temps n’est plus aux manifestations joyeuses en centre-ville qui n’expriment que trop peu la colère.

Désormais nous devons agir, nous citoyen.ne.s, pour stopper les activités de nos agresseur.euses.

C’est pourquoi :

-> Youth For Climate (YFC) Lyon a bloqué ce vendredi 23 les locaux de Total Marketing France, filiale marketing du groupe Total, afin d’en perturber l’activité

-> Des militant.e.s YFC Lyon, Extinction Rebellion (XR) Lyon et Gilets Jaunes (GJ) ont peint des messages d’alerte sur les ponts à proximité des stations essence de Dagneux et de l’Isle d’Abeau pour sensibiliser nos concitoyen·nes

-> Des activistes YFC, XR et GJ ont trafiqué les prix affichés dans plusieurs stations essence de la Métropole. Cette hausse factice des tarifs des carburants, qui poussera les automobilistes à déserter les stations visées, est le symbole du prix du sang que doit payer Total pour ses activités en Afrique.

-> Youth For Climate Lyon appelle à nouveau ses membres et les collectifs amis à se mobiliser ce 24 septembre après-midi place Bellecour pour une action tenue secrète contre des alliés du géant pétrochimique.

Les activistes placardent de faux panneaux de rupture de stock : « Plus de sans plomb 95, Bernard Arnaud a fait le plein de son jet »

Contacts presse :

Youth for Climate Lyon : Marin BISSON : 06 51 12 62 66
Gilets Jaunes : assembleegjlyon@protonmail.com
Extinction Rébellion :
– Gallyah : 06 20 96 70 32
– Poti : 06 88 69 35 89

Mail général : presse@youthforclimatelyon.fr

🔴DIRECT : Grève Mondiale pour le Climat – Blocage du siège de Total Marketing France par Youth for Climate Lyon

Ce Vendredi 23 Septembre 2022, les militant·es de Youth for Climate Lyon bloquent Totale Marketing France pour dénoncer, une fois de plus, le projet de forages et d’oléoduc pétrolier EACOP en Afrique de l’Ouest, dévastateur pour les droits humains, l’écologie, et alimenté par la corruption. Youth for Climate Lyon s’adresse aujourd’hui aux cadres de ces entreprises, qui contrairement aux travailleurs spécialisés, pourraient choisir de travailler ailleurs et font sciemment le choix de continuer à travailler dans de une entreprise comme Total. Cette mobilisation prend place dans le contexte de l’appel international à la grève de Fridays for Future, dont Youth for Climate France est la branche française.

Crédit photo : @broth_earth

Ce Vendredi 23 Septembre 2022, les militant·es de Youth for Climate Lyon bloquent depuis 8h ce matin le Total Marketing France. Mégaphones à la bouche, iels ne tiennent plus leur pancarte assis devant les lieux du pouvoir politique comme le faisait Greta Thunberg, mais en bloquant les lieux de pouvoir du capitalisme : les multinationales spécialisées dans les énergies fossiles. Sans empêcher le fonctionnement concret du bâtiment, la mobilisation s’adresse en particulier aux cadres de l’entreprise, qui portent la lourde responsabilité de continuer à travailler chez TotalEnergies.

L’action durera environ une heure, et prend place dans le contexte de l’appel international à la grève de Fridays for Future, dont Youth for Climate France est la branche française. Si habituellement, une manifestation est organisée, rassemblant les étudiant·es et lycéen·nes grévistes pour le climat, ce format de mobilisation n’a pas été choisi par le groupe local de Lyon cette fois-ci, les militant·es ressentant l’urgence d’agir plus concrètement face à la destruction consciente des écosystèmes et de l’équilibre climatique et la casse sociale causée par les grandes entreprises, soutenues par le Gouvernement. L’été caniculaire et multipliant les catastrophes naturelles ne fait que nous rappeler qu’agir concrètement pour lutter contre notre système mortifère est chaque jour plus urgent.

Youth for Climate Lyon se mobilisera à nouveau Vendredi 23 Septembre au soir en coordination avec Extinction Rébellion Lyon et les Gilets jaunes pour dénoncer TotalEnergies, ses projets et les suprerprofits engendrés par l’entreprise sur le dos des citoyen·nes les plus démuni·es. Enfin, Samedi 24 Septembre, Youth for Climate Lyon donne rendez-vous à ses militant·es pour une deuxième action de dénonciation / sensibilisation en début d’après-midi.

Contexte de mobilisation

Vendredi et samedi à Lyon, nos militant·es se mobiliseront contre les pollueurs et leurs financeurs qui liquident notre avenir pour leurs profits. L’été 2022 a été une fois de plus dévastateur. Ouragans, incendies, inondations, canicules… Toute l’énergie pompée dans l’atmosphère depuis l’avènement du capitalisme industriel décuple l’intensité de ces catastrophes qui ont toujours existé.

Nos cibles ne sont pas originales. Ce ne sont pas, comme le voudrait sans doute le gouvernement, les particuliers qui envoient des pièces jointes rigolotes et mettent la clim’ à fond. Ce sont Total et ses alliés banques, BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole, dont nous ne rappellerons pas les crimes climatiques ici. Une seule nouveauté : nous tenons à nous adresser tout particulièrement aux cadres de ces entreprises.

Vous êtes en première ligne. Vous êtes non seulement les troupes dont la machine de guerre climatique a besoin pour fonctionner, mais contrairement au travailleur spécialisé dans le pétrolier, vos compétences sont générales. Vous pourriez quitter votre travail maintenant, chercher de l’emploi ailleurs. Vos responsabilités sont donc décuplées. Votre salaire vous retient ? Nous allons vous le faire regretter.

Ce n’est pas nous qui avons déclaré la guerre. Ce sont les pétroliers, en 1960, quand ils ont décidé d’ignorer les premières alertes lancées à la tribune de l’API et d’investir au contraire dans le mensonge et la désinformation. Nous leur laissons une possibilité : démissionner.

Les actions de vendredi et samedi s’inscrivent dans la continuité des actions de Youth for Climate Lyon, qui avait commencé la lutte il y a deux ans avec Extinction Rébellion avec des actions contre la Société Générale et s’est mobilisé à nouveau contre la BNP Paris cet été, lors des assises nationales du mouvement.

Crédit photo : @broth_earth

Contacts presse :

Camille (il) : 07 81 77 34 16
Mail : presse@youthforclimatelyon.fr

26 Mars : Ils détruisent le vivant, détruisons les puissants

26 Mars : Ils détruisent le vivant, détruisons les puissants

Le 26 mars prochain, la jeunesse du monde entier se mobilisera une nouvelle fois pour alerter sur les causes du dérèglement climatique. Youth For Climate, Extinction Rebellion et les Gilets jaunes appellent à rejoindre massivement cette manifestation.

Le capitalisme, la finance, le passé des empires coloniaux et l’esclavagisme sont les responsables de cette crise climatique. Tant de systèmes de domination asservissent des populations au bénéfice du quelques-un·es et sont à l’origine de dégâts aux conséquences mondiales touchant souvent les plus précaires. D’après le dernier rapport du GIEC, nous atteindrons les +1,5 degrés en 2024 et 600 millions de personnes seront victimes d’insécurité alimentaire en 2080 si nous continuons sur cette lancée. Sous le seul effet de la multiplication des vagues de chaleur mortelles, la France choisit ainsi d’assassiner des millions de personnes, principalement dans les régions les plus pauvres de la planète où son industrie n’a cessé de puiser sa rente coloniale.

Face à l’urgence climatique, l’action des gouvernements a été purement anti-écologique et criminelle comme l’a montré la triple condamnation de l’Etat par les tribunaux et par le Conseil d’Etat dans le cadre de l’Affaire du Siècle et de l’affaire Grande Synthe. Confronté·es à cette crise majeure, nous voulons lutter pour une justice climatique allant de pair avec une justice sociale, nous voulons lutter pour un monde équitable et viable. Nous voulons une écologie inclusive, anticapitaliste, féministe, décoloniale, anti-raciste, anti-validiste et antispéciste. Nous voulons un monde qui mette fin aux systèmes d’oppression, et mise sur la coopération, la solidarité, la souveraineté et l’autonomie radicale des peuples.

Devant l’inaction des gouvernements, nous avons décidé d’agir. A Lyon depuis des années, nous nous mobilisons auprès de nombreuses organisations pour une écologie sociale et la reprise en main populaire de notre démocratie. Nous avons réussi à mobiliser des milliers de personnes et à imposer ces thématiques dans le débat public. En septembre, nous bloquions l’entrepôt d’Amazon ; en mars, nous faisions pression ensemble sur l’entreprise mortifère Bayer Monsanto. Nous sommes déterminé·es à ne pas en rester là, car malgré nos mobilisations citoyennes, les politiques restent dans le mépris et dans le confort de leur inaction, tout en faisant preuve d’une répression croissante.

Nous descendrons dans la rue pour faire entendre nos voix et protester contre leur immobilisme. Cette marche constitue un vecteur d’union pour préparer une réponse offensive au sabotage de notre avenir. Faisons de notre colère une force pour mobiliser massivement !

Rejoignez-nous le 26 mars à Lyon à 14h – Place Bellecour

Cosignataires : Youth For Climate Lyon, Gilets jaunes et Extinction Rebellion Lyon

Contacts presse :

Mail : presse@youthforclimatelyon.fr

Nos conférences à l’École de l’Anthropocène

Nos conférences à l'École de l'Anthropocène

Pendant une semaine, du 24 au 30 Janvier, s’est tenu au Rize à Villeurbanne le festival À l’École de l’Anthropocène. Partenaire du festival pour son édition 2022, Youth for Climate Lyon a préparé une conférence d’une demi-heure chaque soir, sur les sujets qui lui sont chers, et interviewé à la radio une personnalité par jour.

Véritable tremplin de visibilité, le festival nous a permi de proposer, dans un contexte global d’apprentiassage et d’échange d’idées, notre vision de l’écologie.

Cartes blanches – Notre vision de l’écologie

Chaque soir du Lundi au Vendredi, nous avons pu exposer notre vision de l’écologie à travers des thèmes qui représentent une écologie anti-capicapitaliste, proche du vivant, et inclusive.

1/5 : Présentation du mouvement

Pour cette première soirée de festival, Youth for Climate Lyon se présente. Quelles sont les origines du mouvement ? Qui le compose ? Quels sont ses objectifs ? Dans quel cadre se mobilise-t-il ? Auprès de qui ? Par quels modes d’action ?

2/5 : La publicité

Omniprésente dans notre société aujourd’hui, la publicité tente d’influencer nos choix et no comportements dans le but de nous faire consommer le produit d’une entreprise plutôt que celui d’une autre. Mais le rôle de la publicité s’arrête-t-il là ? Quelles conséquences sur notre consommation, sur nos modes de vie, voire même sur notre perception du monde a-t-elle ? Par quels moyens tente-elle de toujours plus nous influencer ?

3/5 : L’agro-industrie

Rien n’est plus essentiel que l’alimentation. Nos systèmes agricoles ont beaucoup évolué, et évoluent encore énormément sous l’influence des politiques publiques nationales et européennes. Mais ces politiques, largement guidées par le lobbying intensif de l’agro-industrie, les avantage considérablement. Ainsi, quelles sont ces grandes entreprises de l’agro-industrie qui mènent nos politiques agricoles aujourd’hui ? Quel modèle veulent-elles mettre en place ? Quelle résilience pour ces modèles ?

4/5 : Les MAPA – Partie 1

Réparti sur deux interventions consécutives, le thème des MAPA (Most Affected People and Areas) est un thème phare du discours de notre écologie, anticoloniale et anticapitaliste. Qui est aujourd’hui responsable du dérèglement climatique ? Qui l’a été historiquement ? Qui en subit les conséquences ? Quelle justice dans la crise climatique ? Dans cette première partie, nous décrirons de manière globale ce que recouvre le terme de MAPA.

5/5 : Les MAPA – Partie 2 : Projet EACOP en Ouganda

Deuxième intervention de Youth for Climate sur les MAPA (Most Affected People and Areas), cette carte blanche se concentre sur un projet, illustration parfaite et actuelle du phénomène : le projet EACOP de Total en Ouganda. Écocidaire, néocolonial, destructeur des droits de l’Homme et inutile pour les populations locales, ce projet d’extraction de gaz soutenu par l’État français est caractéristique d’un système économique mortifère.

Podcasts : Les jeunes en parlent – L’interview des invité·es de l’École de l’Anthropocène

Toute la semaine, du Lundi au Samedi, les militant·es de Youth for Climate Lyon ont interrogé les invité·es de l’École de l’Anthropocène et les ont confronté à notre vision de l’écologie, à une jeunesse qui revendique son droit à vivre et à vivre dignement.

1/6 : Santé et peuples autochtones
avec Karine Vanthuyne

Rien n’est plus essentiel que l’alimentation. Nos systèmes agricoles ont beaucoup évolué, et évoluent encore énormément sous l’influence des politiques publiques nationales et européennes. Mais ces politiques, largement guidées par le lobbying intensif de l’agro-industrie, les avantage considérablement. Ainsi, quelles sont ces grandes entreprises de l’agro-industrie qui mènent nos politiques agricoles aujourd’hui ? Quel modèle veulent-elles mettre en place ? Quelle résilience pour ces modèles ?

2/6 : Machines émotionnelles
avec Agnès Giard

Omniprésente dans notre société aujourd’hui, la publicité tente d’influencer nos choix et no comportements dans le but de nous faire consommer le produit d’une entreprise plutôt que celui d’une autre. Mais le rôle de la publicité s’arrête-t-il là ? Quelles conséquences sur notre consommation, sur nos modes de vie, voire même sur notre perception du monde a-t-elle ? Par quels moyens tente-elle de toujours plus nous influencer ?

3/6 : Les luttes, écologies et queers
avec Cy Lecerf Maulpoix

Rien n’est plus essentiel que l’alimentation. Nos systèmes agricoles ont beaucoup évolué, et évoluent encore énormément sous l’influence des politiques publiques nationales et européennes. Mais ces politiques, largement guidées par le lobbying intensif de l’agro-industrie, les avantage considérablement. Ainsi, quelles sont ces grandes entreprises de l’agro-industrie qui mènent nos politiques agricoles aujourd’hui ? Quel modèle veulent-elles mettre en place ? Quelle résilience pour ces modèles ?

4/6 : Architecture, Politique et communs
avec Sénamé Koffi Agbodjinou

Réparti sur deux interventions consécutives, le thème des MAPA (Most Affected People and Areas) est un thème phare du discours de notre écologie, anticoloniale et anticapitaliste. Qui est aujourd’hui responsable du dérèglement climatique ? Qui l’a été historiquement ? Qui en subit les conséquences ? Quelle justice dans la crise climatique ? Dans cette première partie, nous décrirons de manière globale ce que recouvre le terme de MAPA.

5/6 : Évolution et biodiversité
avec Philippe Grandcolas

Deuxième intervention de Youth for Climate sur les MAPA (Most Affected People and Areas), cette carte blanche se concentre sur un projet, illustration parfaite et actuelle du phénomène : le projet EACOP de Total en Ouganda. Écocidaire, néocolonial, destructeur des droits de l’Homme et inutile pour les populations locales, ce projet d’extraction de gaz soutenu par l’État français est caractéristique d’un système économique mortifère.

6/6 : Hospitalité et migrants
avec Sébastien Thiéry

Réparti sur deux interventions consécutives, le thème des MAPA (Most Affected People and Areas) est un thème phare du discours de notre écologie, anticoloniale et anticapitaliste. Qui est aujourd’hui responsable du dérèglement climatique ? Qui l’a été historiquement ? Qui en subit les conséquences ? Quelle justice dans la crise climatique ? Dans cette première partie, nous décrirons de manière globale ce que recouvre le terme de MAPA.